Lisez :

29. mai, 2019

 « Avez-vous déjà donné une tranche de jambon à votre perruche ? Du jus de tomate à vos marguerites ? Ou bien des noix de Grenoble à votre chat ? Pourquoi ne pas donner du lait à profusion à des écureuils ? Il me semble qu’il n’y a aucune logique dans ces suggestions, car aucun de ces aliments ne correspondent aux destinataires.  Alors pourquoi les humains ingèrent toute sorte d’aliments qui ne leur conviennent pas ? Pourtant en 1996, le livre du Dr Pierre J. D’Adamo présentait les 4 groupes sanguins ayant chacun une particularité bien distincte pour se nourrir.  Revisitons la théorie de ce naturopathe reconnu. » Par Nathalie Dupuis, Thérapeute en médecine énergétique et Naturopathe.

Les animaux vont se nourrir de ce que leur corps exige pour leur besoin vital.  En fait, jamais un crocodile ne décidera de manger des quenouilles puisque son système demande de la chair et de la viande.  Ce carnivore ne peut se transformer en herbivore.  La nature est faite ainsi.  Alors que ces animaux ont bien compris leur alimentation, l’humain tente de la diversifier par des moyens de transformation alimentaire.  Cette méthode nous enseigne plus à nous sous-alimenter que de retrouver le bon sens avec les aliments naturels.

Le Gros Bon Sens (GBS), nous dit que nous devons retourner aux habitudes de nos grands-parents.  On ne dit pas de régresser à la chandelle, mais de mieux concevoir la nourriture à sa source première comme des fruits et des légumes cultivés sans pesticides ; des poissonneries et des bouchers plus spécialisées où les animaux n’ont pas été soumis à des produits chimiques (exemple : injection d’hormones) et d’antibiotiques ; finalement, éviter les aliments transformés.  En d’autres mots, faisons ça simple.

Le Dr. D’Adamo a compris les principes de bases de l’alimentation chez l’humain.  Selon les études de ce naturopathe, nos ancêtres les Cro-Magnon avaient un groupe sanguin du type O.  La raison primaire étant du fait que ce groupe est un donneur universel n’ayant pas d’antigènes contrairement aux autres groupes.  Mais pour s’amuser, apprenons les différents types de groupe sanguins avec leur alimentation.  Avant tout, n’oubliez pas que cet article n’est que le bout de l’iceberg, nous vous invitons à creuser sur le sujet.

Groupe O (l’Origine) : le premier chasseur.  Ayant un taux d’acidité gastrique élevé, ce bon mangeur de viande est un carnivore-né avec un système immunitaire hyperactif.  Son tube digestif est très robuste et peut facilement en engloutir.  En quantité raisonnable, bien sûr !  Par contre, il se doit de consommer des fruits alcalins qui lui seront bénéfique afin de calmer ce haut taux d’acidité.  Lâchez-vous lousse !!!  Prenez des bleuets, des cerises, des prunes, des figues et des pruneaux !  Par contre, éviter le bacon, le jambon, l’oie et le porc.  Pourquoi ? À cause des lectines… 

Les lectines sont des protéines néfastes qui se retrouvent dans plusieurs aliments.  Que ce soit animal ou végétal, cette protéine agglutinante se positionne sur vos organes ou vos systèmes (ex. respiratoire, sanguin, etc.) et attire comme un aimant les cellules sanguines résultant à des réactions chimiques dans notre sang (ex. caillot).

Groupe A (l’Agriculteur) : le premier végétarien.  Son alimentation est basée sur un régime de type végétal.  Donc, si vous êtes M. ou Mme Brocoli, c’était votre destinée !  Si vous avez de la difficulté à digérer de la viande, Ha Ha ! Ne soyez pas surpris !  Car le groupe A stock la viande sous forme de graisse, donc dégraissez-vous !  Vous devez manger des légumes à profusion.  Mais éviter tout de même la patate douce, la pomme de terre, la tomate, le chou blanc, rouge, chinois et l’igname (sorte de patate).  Pourquoi ?  Lectines !

Groupe B (les Barbares) : supposément équilibré comme personnage.  Pour nourrir sa dépendance à la créativité, il doit constamment faire une activité physique.  Vous aimez la nourriture à poil ?  Donc l’agneau bien cuit, le lapin, le gibier seront des repas de bonne consistance sans aller à l’extrême.  À éviter le plus souvent, le poulet, le porc, le bacon, la caille, le canard, le cœur, le jambon, l’oie et la perdrix.  Mais surtout le poulet.  Pourquoi ?  Parce que cette bibitte contient des lectines agglutinantes ! (big no no !).  Elles peuvent créer des caillots au cœur, favoriser les accidents cardio-vasculaires et des maladies auto-immunes.  Désolé l’poulet ! Manger plutôt des fruits bénéfiques : ananas, banane, canneberge, papaye, prune et raisin.

Groupe AB (la Modernité) : le caméléon en constante évolution.  Le fait que AB détient (logiquement) A ET B, il y a des exceptions à la règle des « évitements », car autant A ou B ne peut tolérer un aliment, le AB en serait capable.  Mais, pour être conforme à l’article, ce qui est bénéfique pour ces mangeurs heureux : l’agneau, la dinde, le lapin et le mouton.  D’accord, vous pouvez éviter le bacon, le bison, le bœuf, caille, canard, cœur, gibier à poils, jambon, oie, perdrix, porc, poulet et veau.  Tout en gardant en tête, que ce groupe est un caméléon grâce à des anticorps évolués depuis notre groupe O.

Dr. D’Adamo avait poursuivis les recherches de son père, James D’Adamo.  Grâce à cette découverte, l’alimentation est vue autrement et il est bon de se rappeler que ce concept a fait ses preuves depuis plus d’un demi-siècle.

« La nourriture de l’un est le poison de l’autre »

-          James D’Adamo, naturopathe

Petits ajouts :

Le lait et sa famille : Groupe O – non ! Oubliez ça ! ; Groupe A – ouais, mais les produits fermentés ; Groupe B – excellent ! Go ! ; Groupe AB – Ok, produits fermentés et aigres surtout.  Par contre, pour les groupes qui en consomment, réduisez vos doses de lait pour éviter l’augmentation des mucosités.

Votre stress : Groupe O – activité physique intense ; groupe A – activité calmante (yoga) ; groupe B – activité créatrice ; groupe AB – activité spirituelle (lévitation) et créativité.

Pas de gluten (blé) : Groupe O ; groupe B et groupe AB.  Ceci vous permettra de réduire vos ballonnements.

(Information recueillie du livre « 4 groupes sanguins, 4 régimes » du Dr Pierre J. D’Adamo)

Idée originale : Nathalie Dupuis

Composition : Thérèse Thémélis

29. mai, 2019

 

  « Récemment, ma collaboratrice et moi avons testé notre taux d’acidité avec des bandes de test d’acidité (Indicateur de PH).  À sa grande surprise, ma collègue avait un taux très élevé car non seulement, elle devait prendre des médicaments pour sa santé, mais probablement que son alimentation lui faisait défaut.  Mais que faire dans ces circonstances?  Allons plus en détail sur le sujet de l’acidose métabolique. »  Par Nathalie Dupuis, Naturopathe et Spécialiste en Médecine Énergétique.

Mais qu’est-ce que l’acidose métabolique et d’où provient-elle?  En fait, c’est l’accumulation d’acidité dans le sang qui peut être causé par deux facteurs :  Soit par le stress oxydatif dont vous êtes exposés dans votre quotidien dû à votre charge de travail, la vie familiale, ou autre événement qui provoque un stress interne à votre corps.  Ou soit par l’alimentation que nous consommons, car plusieurs aliments contiennent beaucoup d’acidités.

Quelles sont les impacts de l’acidose métabolique dans notre corps?  Premier élément à retenir, dans la majorité du temps, l’acidose est systémique, c’est-à-dire, une surcharge de l’acidité dans le métabolisme créant une défense excessive du corps. Ceci provoquera une déficience des systèmes et des tissus organiques.  En fait, le corps baigne dans de l’acide et ne fait que recréer le processus constamment.  Dont le terme systémique.  Deuxièmement, dû à cette extrême acidité, le corps vient à manquer d’oxygène.  Donc, il devient anaérobique, se définissant comme une absence d’oxygène.  Finalement, sans intervention, cette haute teneur d’acidité détruira la fonctionnalité de nos tissus (organes), déminéralisera les os et entrainera des maladies (insomnie, crampes, étourdissement constant, etc.) causées par la corrosion.

Comment détecter les symptômes d’acidité?  Vous êtes stressés?  Vous n’arrêtez pas de vous gratter?  La peau est utilisée comme transmetteur de l’homéostasie (le centre de commande du corps – Quartier général) pour informer le système de défense de vous prévenir par des réactions physiques.  L’eczéma, maux de tête, vertige, rougeurs et inflammation au niveau de la peau, ainsi que des étourdissements sont des signes précurseurs afin de signaler que le taux d’acidité est trop élevé.

Les deux effets tampons…  Qu’est-ce que c’est?  En fait, c’est le processus par lequel l’homéostasie va utiliser en informant les poumons d’augmenter ses fréquences respiratoires pour compenser l’anaérobique (1er tampon).  Cependant, si les poumons n’y parviennent pas, le quartier général va commander aux reins de venir en aide en filtrant le surplus d’acidité (2ième tampon).  Ainsi, pour contrer les attaques, les tampons vont maintenir le métabolisme dans un état « normal » mais tout en étant « critique ».

Comment intervenir sur l’acidose métabolique? Après le test d’acidité, j’ai préparé à ma collaboratrice un verre de ½ tasse d’eau en diluant 1 cuillère à thé de bicarbonate de soude.  Pourquoi?  Parce que ce produit détient un sel alcalinisant qui vient équilibrer le métabolisme.  Nous l’avons bu d’une traite, 20 minutes ont suivi avant de refaire le test.  Le résultat a démontré une diminution de l’acidité instantanément par l’élimination des toxines.  Pour compenser, dans le quotidien, il sera nécessaire de modifier le régime alimentaire en ajoutant des légumes, des fruits, des noix et des graines contenant des alcalins naturels.  Vous permettrez ainsi de réduire la charge de travail des tampons et de l’homéostasie.  

En conclusion, restez alerte au symptôme de votre peau.  Car la peau reflète ce qui se passe en nous

29. mai, 2019

 

"Dans la nuit du 20 au 21 juin, une panne d'électricité s'étend au Québec dû à de violents orages.  Cet événement nous a révélé, une fois de plus, notre vulnérabilité face à la technologie.  L'avantage de cette panne fût l'humanité refaisant surface puisque dans ces instants, c'est là que nous interagissons avec notre entourage physique et non à travers des voies virtuelles.  Dans cette société, hyper technologique, l'humain développe une attitude exagérée et addictive dans sa communication par internet, texto et les réseaux sociaux. Réalisons-nous le stress que nous subissons quotidiennement?  Les impacts seront des plus néfastes autant sur nous, les adultes, que nos enfants à court, moyen et long terme."  Par Nathalie Dupuis, Naturopathe et Spécialiste en Médecine Énergétique

Est-ce une nouvelle forme d'insécurité que l'humain doit absolument combler?  Qui aurait cru, dans les années antérieures, qu'un jour des populations se promèneraient avec des téléphones portables à journée longue?  N'est-ce pas une forme de communication servant à remplir un vide que l'humain tente souvent de remplir par la religion, le travail, la nourriture, de produits illicites, le sport ou toute autre forme d'addiction qui aide à oublier notre insécurité?  C'est possiblement le cas.

Non seulement les bonnes manières de la vie en société se sont volatilisées, mais en plus, le cellulaire en main nous obligent d'être absent à notre entourage.  Écrire des texto entre amis…  à la même table.  Jouer à notre jeu vidéo… dans la ligne d'attente (au lieu de faire de nouvelles connaissances).  Les familles qui se communiquent dans la maison… par voie virtuelle.  Dans quel monde vivons-nous?  Nous perdons l'essence même de l'humain alors qu'elle doit se cheminer par la communication de notre âme.  Le pire, c'est lorsque nous n'apprenons pas à se déconnecter.  En d'autres mots, être constamment branché au travail, à la maison, aux amis, à la famille, nous leurs permettons de s'immiscer dans notre bulle sans qu'ils y soient physiquement là.

Le Gros Bon Sens (GBS) est d'apprendre à gérer notre temps dans le monde virtuel.  En s'éveillant à la nature, à la vie et au bien-être de soi.  Car il est difficile de se retrouver lorsque le monde extérieur s'acharne constamment dans votre espace vitale.  Vous savez exactement de quoi nous parlons: l'harcèlement de votre sonnerie de téléphone, de vos texto, de vos jeux vidéos, de votre calendrier, tous unis dans un même endroit, votre cellulaire.  Il est clair que vous ne pouvez savourer la vie en étant relié au virtuel à longueur de journée.

Dans les termes de la médecine énergétique, en utilisant intensivement l'internet et autres, vous amputées tous les corps énergétiques.  Rappelons-nous que l’être a sept (7) corps : physique, éthérique, astral, causale, mentale, ethnique et bouddhique.  Donc, en permettant des comportements néfastes, vous briser les cycles réparateurs en leurs infligeant des interruptions constantes et surtout, stressantes.   Il est important de reposer son esprit afin de permettre la régénération de nos différents systèmes pour mieux s'épanouir.  Par exemple, en obligeant votre cerveau d'être inlassablement connecté, vous l'empêcher d'avoir un sommeil réparateur, d'être alerte à son milieu, en outre, d'obtenir un moment de répit pour s'énergisé par son environnement.  Ceci incluant des conversations simples, un contact avec les gens et la nature, ou même, prendre le temps de faire un sourire à un(e) étranger(ère) lorsque vous marcher dans la rue.  Avec le virtuel, nous perdons le vrai rythme de la vie, tout ce produit dans notre tête et entre ceux qui consomment cette technologie.  Car, sans le vouloir, nous nous isolons du vrai monde extérieur. 

Apprenez à vous débrancher en oubliant votre cellulaire à la maison lors de votre marche ou exercice quotidien.  Éteignez vos appareils dans les restaurants, prenez un repas "entre amis" et non avec vos texto.  La vérité, c'est que ce n'est qu'une question de contrôle de soi.  Sinon, vous vous dirigez vers cette fragilité, et comme cette panne d'électricité vous l'a prouvé, à une vulnérabilité à la technologie.

Idée originale : Nathalie Dupuis 

Composition : Thérèse Thémélis